Son histoire

L’histoire du savon de Marseille traverse les siècles. Une histoire étonnante, qui, partie des bords de la Méditerranée, a essaimé dans le monde entier et fait connaître un produit unique, naturel et authentique. Le savon de Marseille, ce « cube » composé à 72% d'huiles, est utilisé sur tous les continents, et dans toutes les cultures. Du Nord au Sud, les familles gardent dans leur cuisine ou leur salle de bain ce bloc beige ou vert à tout faire. Universel, il réussit le tour de force d’être, grâce à ses qualités intrinsèques, à la fois un produit de lessive et un produit de beauté !

En remontant le temps, on retrouve des traces des premières mixtures, à base d’huile, d’eau et de cendres, dans l’Antiquité. C’est au Moyen Age que le procédé de fabrication est inventé, en ajoutant de la chaux aux cendres lessivées.

Mais c’est à Marseille qu’il, au cours des siècles suivants, va acquérir ses lettres de noblesse. Au point de donner son nom au procédé de fabrication, à défaut d’une appellation contrôlée qui aurait pu le protéger des dérives et notamment des copies.

A la fin du 16e siècle, la savonnerie est issue de petites entreprises familiales marseillaises. Le Midi, et la Provence en particulier, dispose des matières premières nécessaires, l’huile d’olive, le sel et les cendres de salicorne de la Camargue, et plus tard l’huile de palme et le coprah issus des colonies.

La fabrication du savon requiert également des moyens de chauffage, pour alimenter les chaudrons qui servent à la cuisson des huiles. L’exploitation des mines de charbon joue un rôle important dans le développement de la production, artisanale puis industrielle, du savon.

Au 19ème siècle la profession de savonnier s’organise, et Marseille s’affirme comme le principal lieu de production, suivie de Toulon et de Salon de Provence. L’activité est alors particulièrement florissante, et Marseille compte plusieurs dizaines de savonneries. Chacune propose sa propre marque, c’est l’époque où fleurissent sur les murs de France ces superbes affiches hautes en couleur qui vantent les mérites du « savon pur ».

Avec le développement des poudres pour machines à laver, la production du savon de Marseille diminue fortement, et de nombreuses savonneries doivent mettre la clé sous la porte. Mais les vertus de ce produit naturel et biodégradable vont être à l’origine d’un renouveau depuis les années 80. C’est ainsi que le site de la Compagnie du Savon de Marseille, repris par ses cadres dirigeants en 2003, demeure l’un des trois producteurs provençaux qui poursuivent leur fabrication avec succès.